LA FOURBURE DU CHEVAL: À PRENDRE AU SÉRIEUX

LA FOURBURE DU CHEVAL: À PRENDRE AU SÉRIEUX

 

Comme vous avez surement remarqué, nos articles traitent souvent de sujets touchant nos compagnons canins et félins. Je dérive ici de cette tendance en discutant d’un sujet important qui devrait intéresser tout propriétaire de cheval. 

 

Si vous partagez votre quotidien avec un camarade équin, il est primordial de vous informer sur les problèmes de santé qu’ils peuvent rencontrer au cours de leur vie. D’ailleurs, certains maux peuvent sembler banals au premier regard, mais peuvent entraîner de grave conséquences. 


Nous allons démystifier ici une maladie grave qui atteint un grand nombre de chevaux. Les prochaines lignes traiteront d’un sujet méconnu mais pourtant très commun : la fourbure du cheval. 


Lisez ceci pour avoir les outils nécessaires pour mieux comprendre ce qui pourrait arriver à votre cheval en cas de fourbure. Soyez prêt à agir rapidement afin d’éviter le pire. 



Qu’est-ce que la fourbure?


Cette maladie très commune atteint les pieds des chevaux.


D’autres animaux à sabots, tels que les bovins et les ânes, sont aussi grandement à risque de fourbure vu l’anatomie semblable de leurs pieds. Des recherches ont démontré que 65% des atteintes aux pieds des bovins étaient liées de près ou de loin à une fourbure. 


La fourbure se caractérise par une inflammation des structures lamellaires du pied du cheval, entraînant une perte de solidité entre ces deux couches : le podophylle et le kéraphylle. La cohésion entre ces deux structures du pied du cheval est primordiale à sa santé. 


Cette déstabilisation entre ces composantes du pied occasionne un mouvement de la troisième phalange dans le pied et peut avoir de douloureux résultats. La troisième phalange est normalement parallèle au sol et au sabot. L’inflammation des tissus du pied peut faire basculer son angle vers le bas. 


Si l’inflammation est traitée adéquatement et rapidement, avant ce déplacement de la phalange, le cheval peut généralement s’en tirer sans  séquelle. Par contre, cette condition évolue très rapidement et c’est pourquoi il est important d’informer un vétérinaire aux premiers signes d’inflammation afin d’éviter le développement de séquelles majeures. 


Le mouvement de la troisième phalange peut comprimer les vaisseaux sanguins du pied et c’est pourquoi on observe, lors de fourbure aiguë, une congestion du pied. 


Non traité, ou diagnostiqué tardivement, le basculement de la troisième phalange peut continuer jusqu’à transpercement de la sole (le dessous du sabot). Le cheval peut alors refuser de se tenir debout et cela peut engendrer à long terme des coliques ou autres maux systémiques très graves. Cette condition peut causer la perte du sabot et même, dans certains cas, la mort du cheval. 


Lisez les Symptômes de la fourbure pour en apprendre plus sur les signes à surveiller afin de dépister cette maladie dans son stade précoce et ainsi éviter le pire. 



Symptômes de la fourbure


Tout dépendant de la cause et du degré de la fourbure, différentes présentations de cette maladie sont possibles. Les membres antérieurs sont le plus souvent atteints. 


La fourbure peut se présenter de manière aiguë et chronique. Une présentation aiguë sera très intense. 


Voici quelques exemples de manifestations de la fourbure aiguë chez le cheval. Elles se présentent généralement chronologiquement dans cet ordre :  

 

  • Chaleur au niveau du pied
  • Pouls digité facilement perceptible
  • Piétinement, refus de déplacement
  • Refus d’être manipulé au niveau du pied 
  • Boiterie
  • Transfert de poids vers les talons
  • Refus de rester en position debout

Dans les cas très graves : 

 

  • Perte du sabot 
  • Mort de l’animal

D’autres signes systémiques comme les suivants peuvent aussi être observés : 

 

  • Fièvre
  • Augmentation du rythme cardiaque et respiratoire (signe de douleur)
  • Signes digestifs (coliques, diarrhées) si la fourbure est de cause alimentaire (voir Causes de la fourbure)
  • Prostration (si le cheval vit d’intenses douleurs)

Un cheval vivant avec une fourbure chronique peut voir la forme de son pied modifiée. Entre les épisodes de récurrence, c’est parfois le seul symptôme notable de cette condition. Normalement, la douleur devrait se calmer entre les épisodes aigus occasionnels. 



Causes de la fourbure


Les causes de la fourbure sont encore nébuleuses. Néanmoins, beaucoup de professionnels s’entendent sur certains facteurs de risques importants : 

 


Une surcharge pondérale :

 

En cas d'obésité, les pieds doivent soutenir davantage de poids. Cette pression supplémentaire au niveau des extrémités constitue un traumatisme et peut occasionner une inflammation.


    D’ailleurs, les chevaux qui favorise un de leur membre peuvent infliger cette pression additionnelle sur leur patte opposée. Ce phénomène est d’ailleurs observable lors d’une boiterie.


     

    Un traumatisme :


    Un ferrage inadapté ou un travail sur un sol trop dur peut aussi entraîner une inflammation du pied. 



    Une cause alimentaire :


    C’est l’une des causes les plus communes conjointement avec l'obésité.  La fourbure peut apparaître suite à une erreur commise par rapport à la diète de votre cheval. 


    En effet, suite à un apport anormalement élevé de glucides, un cheval peut développer la fourbure. On observe cela souvent lorsque les chevaux mangent beaucoup d’herbe verte en début de printemps. Cette herbe est très sucrée et donc sa teneur en glucides est élevée.


    Dans ce cas, la fourbure est en fait due à libération de toxines de nature bactérienne dans le sang suite à cette erreur alimentaire. On appelle cela une endotoxémie.


    D’autres pathologies préexistantes peuvent aussi induire une endotoxémie et donc potentiellement être des causes indirectes de fourbure ; une pneumonie, des coliques, des épisodes de diarrhée, une métrite ou même l’accouchement.



    Deux causes hormonales :


    La maladie de Cushing et le syndrome métabolique équin (maladie semblable au diabète chez les humains) sont aussi des facteurs de risque.


    Une collègue technicienne en santé animale me racontait récemment l’histoire d’un cas qu’elle a rencontré dans le cadre de son travail. Elle a participé aux soins apportés à un poney qui souffrait de fourbure.


    Il était trop gras, m’a-t-elle dit. Elle ajouta que ce cheval à vu sa diète changée peu de temps avant l’épisode, pour un régime à base d’herbe. Ce changement, dit-elle, s’est fait très rapidement. 


    Elle m’a dit avoir remarqué la présence de lignes au niveau du sabot du pauvre poney, signe d’épisode passé de fourbure. Elle m’a décrit qu’il adoptait une position balancée vers l’arrière, alors qu’il transférait son poids corporel sur ses talons. Cela indique une douleur aiguë au niveau de la pointe de son sabot. 



    Soigner la fourbure 


    Je vous invite à consulter le remède FOURBURE pour cheval.

    Avoir ce remède sous la main vous permet d’agir vite avant même la visite du vétérinaire, en cas de fourbure. Il aide le corps de votre animal à combattre les toxines pouvant être la cause de cette condition. Ce produit aide à réduire l’inflammation au niveau du pied et y favorise une meilleure circulation sanguine.


    Je vous rappelle qu’en cas de fourbure, il est primordial d’agir vite vu les graves conséquences qu’elle peut entraîner. Soignez votre cheval avec ce produit aux premiers signes d’inflammation et évitez des séquelles désastreuses pour votre animal.


    Comme mentionné précédemment, cette condition peut dégrader rapidement. Il faut d’ailleurs s’user de patience, puisque la fourbure, surtout sous sa forme chronique, peut prendre des mois à soigner. 


    Le vétérinaire fera son diagnostic de fourbure suite à l’analyse des signes cliniques (Symptômes de la fourbure). Il confirmera le degré de sévérité de la fourbure et suivra son évolution grâce à des radiographies, en suivant l’angle de la 3e phalange sur les images obtenues. 


    Une fois le diagnostic de fourbure établi, il faudra d’abord en traiter la cause. Si, par exemple, le cheval est trop gras, la fourbure ne va que persister si l’animal ne perd pas ce surpoids responsable de l’inflammation au niveau du pied. 


    Connaissez-vous les soins à apporter à votre cheval s’il souffre de fourbure? : 


    • Donner des anti-inflammatoires et/ou d’antibiotiques : Le vétérinaire peut vous guider vers un traitement à base d’anti-inflammatoires. Ils aident à gérer cette inflammation au niveau du pied et sont efficaces contre la douleur. Il est possible qu’il recommande aussi des antibiotiques si la fourbure est d’origine bactérienne. Suivez le plan de traitement de votre vétérinaire à la lettre pour augmenter les chances d’une guérison rapide et complète. 

    • Fournir un ferrage adapté : Si votre maréchal ferrant a accès aux radiographies, il peut fournir au cheval un fer adapté au degré de sévérité de sa fourbure, ce qui devrait le rendre plus confortable et accélérer la guérison.

    • Repos total : Le cheval doit être confiné au box durant la période de rétablissement. Lui fournir une litière épaisse et molle aide à la guérison. Fournir un compagnon à votre cheval durant cette période d’isolement peut aider à réduire son stress et favoriser ainsi son rétablissement.

    • Diète : Modifier la diète de votre animal suivant les recommandations de votre vétérinaire. Il est possible qu’il lui recommande une diète hydrique pour quelques temps. 

    • Le froid : Il est aussi possible que votre vétérinaire recommande l’application de froid au niveau du sabot et du paturon de votre cheval pour le soulager. Par contre, le froid peut aussi affecter la circulation sanguine au niveau du pied et donc, peut nuire à la guérison dans certains cas. Suivez les conseils de votre vétérinaire qui seront adaptés à la condition de votre cheval. 

    Après quelques semaines de traitement et d’important suivi vétérinaire, le basculement de la phalange devrait se stabiliser. Le cheval peut voir sa démarche améliorée suite aux soins apportés, mais celle-ci peut aussi rester compromise.

     


    Prévention


    Voici quelques actes qui peuvent être posés afin de prévenir l’apparition de la fourbure :


    • Gérer l’embonpoint d’un cheval en suivant un programme d’exercice.  
    • Éviter les efforts prolongés de l’animal sur un terrain dur.
    • Éviter un changement de diète drastique vers de l’herbe.
    • Si le cheval trouve accès à de l’herbe verte (riche en glucides) de manière accidentelle et en ingère une grande quantité, voir un vétérinaire. Ne pas attendre les symptômes de fourbure avant d’agir dans de telles circonstances.
    • Entretenir régulièrement les pieds de votre cheval.
    • Soignez immédiatement tout problème lié aux pieds de votre cheval.
    • Vérifier le pouls digité de votre cheval à tous les jours.
    • Soyez attentifs à toute forme d’infection.
    • Fournir de petits repas, plus fréquemment.
    • Dépister pour les maladies hormonales prédisposant à la fourbure.


    En résumé, la fourbure du cheval est un mal très commun qui doit être pris au sérieux. Cette maladie qui atteint les sabots des chevaux, bovins et ânes est invalidante et peut avoir des conséquences désastreuses si la situation n’est pas adressée rapidement. 


    Gardez les causes de la fourbure en tête lors des soins quotidiens apportés à votre cheval et surveillez l’apparition de ses symptômes. Ayez notre remède à portée de main afin d’être prêt à agir dès ses premiers signes.


    La fourbure est une maladie grave et complexe. J’espère que ces informations vous auront aidé à mieux la comprendre et que vous vous sentez maintenant mieux outillés afin de prévenir son développement chez vos compagnons équins. 

     

     


    À propos de l'auteur


    Véronique Fournier
    TECHNICIENNE EN SANTÉ ANIMALE

    Véronique Fournier utilise ses connaissances approfondies pour écrire des articles sur la santé des animaux de compagnie pour HomeoAnimo.

    Elle a obtenu son diplôme en santé animale du Cégep La Pocatière au Québec. Son expérience comprend des stages dans des fermes d'élevage et la réhabilitation des oiseaux de proie, la gestion des soins de jusqu'à 100 animaux sauvages par jour au refuge SOS Miss Dolittle, un emploi à l'Aquarium du Québec, où elle a surveillé 10 000 animaux de 300 espèces différente, et, en tant que technicienne en santé animale dans une clinique vétérinaire, où elle travaille actuellement.

    N'hésitez pas à me contacter à serviceclientele@homeoanimo.com

    Article précédent Article suivant

    0 commentaires

    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés