10 CHOSES À CONSIDÉRER AVANT D'ADOPTER UN ANIMAL

10 CHOSES À CONSIDÉRER AVANT D'ADOPTER UN ANIMAL

Alors, ça y est ! C’est décidé ! Vous voulez vraiment adopter un animal ! Félicitations ! C’est une belle décision. Votre quotidien est sur le point de changer pour le mieux (enfin, on l’espère) ! Choisir son animal est un moment vraiment agréable de la vie. Vous devez être tellement impatient ! Mais, êtes-vous bien préparé et certain d’être prêt ?

 

Beaucoup de gens s’imaginent qu’accueillir un animal est très simple : on l’achète ou on l’adopte, on le ramène à la maison et tout se passe à merveille.

Ça, c’est dans les contes de fées.

La réalité peut s’avérer tout autre. C’est vrai, certaines personnes rencontrent d’instinct l’animal qui est fait pour elles, comme si quelque chose de chimique ou de magique se passait entre deux êtres sans que l’on puisse l’expliquer, mais ça ne se passe pas toujours comme ça. Voilà pourquoi il faut être bien préparé.

 

Certaines adoptions, pourtant pleines de bonnes intentions, se transforment en échecs en raison d’attentes irréalistes et d’un manque de recherches avant de choisir  l’animal qui nous convient. Afin de vous aider à faire les bons choix, nous vous avons préparé une liste de 10 choses à considérer avant d'adopter. Cet article est tiré de notre Guide de la parfaite adoption.

 

NUMÉRO 1 : QUELLES SONT VOS MOTIVATIONS ? 

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous souhaitez adopter un animal ? Beaucoup de personnes acquièrent un animal sous le coup de l’émotion, parce qu’il est mignon ou pour faire une surprise à un proche. Pour d’autres, c’est le besoin d’avoir un peu de compagnie qui motive ou le désir d’offrir un bon foyer à un animal. Mais ces raisons sont-elles vraiment bonnes ? Même si vous avez les meilleures intentions du monde, ne vous procurez pas un animal sans savoir vraiment pourquoi vous le faites.

 

Mais, alors, c’est quoi une bonne raison ?

Reprenons le cas de notre exemple mentionné plus haut. Vous souhaitez surprendre un proche qui adore… disons les labradors. Vous lui offrez donc un labrador. Savez-vous si cette personne est en mesure de prendre soin de ce chien ? En a-t-elle les capacités physiques, émotionnelles et financières ?

 

Si vous voulez un animal pour avoir de la compagnie, ce n’est pas mal en soi. Mais il se peut que l’animal en question ne soit pas si chaleureux que vous le souhaiteriez. Même les races de chiens ou de chats les plus dociles peuvent avoir dans leurs rangs des individus moins sociables. Chaque individu est différent, même au sein du monde animal.

 

Dans tous les cas, voici des exemples de raisons discutables pour lesquelles vous pourriez vouloir adopter : pour que votre enfant prenne des responsabilités, parce que l’animal est mignon ou que vous avez pitié de lui. Mais, Jen Daley de Pet Dog Adoption, nous le confirme : «Si vous adoptez un animal motivé par la tristesse qu’il vous inspire, il le sentira.»

 

NUMÉRO 2 : ÊTES-VOUS DISPONIBLE ?

 

Analyser honnêtement votre situation. Combien de temps pouvez-vous consacrer par jour à un animal ? En fait, c’est un des problèmes les plus communs aux propriétaires d’animaux. Une fois que cette petite ou grande créature entrera dans votre vie, vous ne pourrez pas continuer de faire les mêmes choses sans tenir compte de ses besoins. Vous voyagez sur du long terme ? Vous aimez partir en vacances au soleil sur un coup de tête ? Même les plus petits des animaux dépendent de vous pour leurs besoins. Alors que vous ayez un Bernard l’Hermite ou un gros chien, il faudra prévoir  qui s’occupera de lui lorsque vous serez absent, que ce soit sur du court ou long terme. Et puis, c’est plus complexe que cela. C’est vrai qu’un poisson rouge n’a pas besoin autant de votre présence qu’un chien. Mais certains animaux ont réellement besoin d’interactions sociales et d’exercices quotidiens. Il faut y penser avant de les accueillir dans sa vie.

 

NUMÉRO 3 : AVEZ-VOUS UNE VISION RÉALISTE DES CHOSES ?

 

Quelles sont vos attentes ? Pensez-vous que votre chien va faire de vous quelqu’un de plus sociable ? Vous imaginez-vous en train de chanter avec votre perruche comme des marins un soir de fête ? Voyez-vous déjà votre nouveau chat comme la future sensation du Web ? Quelles que soient vos espérances, soyez conscient que les choses se déroulent rarement comme on les avait imaginées. Nous ne voulons pas vous décourager;  vous vivrez certainement des moments privilégiés avec votre nouveau compagnon, mais pas forcément tels que vous les aviez prévus.  

 

Voyez ce qu’en pense Janet Winikoff, de The Humane Society of Vero Beach and Indian River County : «Je conseille aux futurs adoptants de ne pas se concentrer sur une race en particulier. Certaines personnes arrivent et ont en tête un animal précis parce qu’elles en ont déjà eu un, mais les chiens ne sont pas produits en série sur un même moule juste parce qu’ils sont de race identique.» Tout comme dans bien d’autres domaines de la vie, les animaux ne répondent pas toujours à nos attentes. Parfois, ils les déçoivent un peu au départ, d’autres fois, ils les surpassent de manière fantastique. Voilà pourquoi il faut avoir des attentes réalistes et aimer l’animal tel qu’il sera, mais surtout bien le choisir.

 

NUMÉRO 4 : SEREZ-VOUS SUFFISAMENT RESPONSABLE ?

 

Serez-vous capable de gérer affectivement la perte de votre animal ? Comment réagirez-vous si, pour des raisons médicales ou autres, vous deviez le confier à quelqu’un d’autre ? Si vous prévoyez adopter, soyez conscient que parfois votre petit ou grand compagnon ne sera pas aussi mignon et coopératif que vous le souhaiteriez. Êtes-vous préparé aux attaques de votre chiot sur votre sac à main de marque ? Qu’arrivera-t-il quand vous devrez expliquer à votre enfant pourquoi Monsieur Poisson flotte sur le dos dans son bocal ? Adopter, c’est une grande responsabilité qui dure toute la vie de votre animal. Sherri Moore de Menifee Valley Humane Society explique : «La chose la plus importante que les gens doivent comprendre, c’est qu’avoir un animal est une responsabilité à vie. Ce n’est pas “Jusqu’à ce que je me marie.” , “Jusqu’à ce que nous ayons un enfant” ou “Jusqu’à ce que l’animal tombe malade.” Nous constatons que beaucoup de gens ne sont absolument pas préparés pour cette responsabilité en termes de temps et de finances. C’est une question de bon sens, mais beaucoup de gens ne réalisent pas assez dans quoi ils s’embarquent.» Nous espérons que cet article vous fera réfléchir sérieusement à votre décision.

 

NUMÉRO 5 : ALLEZ-VOUS CHOISIR L'ANIMAL QUI VOUS CONVIENT ?

 

Quand viendra le moment de choisir, attendez-vous à des heures de plaisir ! À moins que vous n’ayez déjà à l’esprit un animal ou une race en particulier. Il y a tellement de créatures adorables dans les refuges que vous ne saurez plus où donner de la tête et, si vous avez la chance de pouvoir accueillir n’importe quel type d’animal, le choix sera encore plus ardu. Le secret est de prendre le temps, pour vous, votre famille et l’animal lui-même. Réfléchissez bien. Et si vous avez des restrictions financières ou pratiques (manque d’espace par exemple),  tenez-en compte et ne vous précipitez pas !

Quant à savoir quel animal convient le mieux à votre famille, Catherine Naber de Cats Canine Academy vous conseille d’analyser votre personnalité et votre mode de vie. Si vous aimez la solitude et n’avez pas de temps pour des promenades, oubliez les chiens, ou, à la limite, choisissez-en un qui n’est pas trop actif et aime le calme !

 

NUMÉRO 6 : ÊTES-VOUS PRÊT À VOUS IMPLIQUER ?

 

Est-ce que votre animal devra être dressé ? Aura-t-il des besoins spécifiques ? Les chevaux, en particulier, ne s’acquièrent pas sur un coup de tête. Ils doivent être dressés, comme beaucoup de chiens également. Même les chats, à un degré moins complexe, doivent être formés à aller à la litière. Pensez-y ! Quant à l’âge de l’animal en question, cela peut aussi avoir une certaine importance. Faudra-t-il, avec le temps, adapter certaines choses dans la maison pour lui permettre d’évoluer en toute sécurité ? Faudra-t-il faire appel à quelqu’un pour prendre soin de lui quand vous ne serez pas là ?

 

NUMÉRO 7 : AVEZ-VOUS ASSEZ D'ESPACE ?

 

Cette considération va de pair avec la précédente. Certains animaux ont besoin de beaucoup d'espace, même s’ils sont petits. Les cochons d’Inde, par exemple, nécessitent un clapier assez grand, ainsi qu’un endroit pour stocker la litière, la nourriture et les jouets.  À l’opposé, certains chiens, bien que très gros eux-mêmes, ne bougent pas beaucoup et peuvent facilement vivre dans un petit appartement tant qu’on les amène courir au parc de temps en temps. Renseignez-vous aussi sur les règlements municipaux pour vous assurer que l’animal qui vous intéresse est légal en zone résidentielle. Par exemple, les chèvres naines sont encore considérées comme des animaux de ferme dans certains endroits et donc interdites hors des zones agricoles.

 

NUMÉRO 8 : QUELLES SONT VOS CAPACITÉS FINANCIÈRES ?

 

Êtes-vous préparé sur le plan financier ? Un animal peut coûter cher, en fonction de sa race, de ses besoins et surtout de votre budget. Si vous avez un petit espace, peu de temps et très peu de moyens, vous penserez peut-être à un poisson rouge,  mais même le plus petit animal vous occasionnera des dépenses (aquarium, nourriture, décorations, etc.). Eric McCune de la Fondation Bella nous rappelle ceci : «Les gens ignorent souvent le coût global de possession d'un animal de compagnie. Réfléchissez à vos capacités financières au quotidien, mais aussi dans le cas du pire scénario possible. Aurez-vous les moyens de gérer une situation d’urgence ? Personne ne veut penser à ça, mais les accidents se produisent.»

Certaines personnes adoptent des animaux et sont ensuite incapables de les garder plus tard. Les chevaux, par exemple, coûtent cher d’entretien, surtout s’ils sont en pension et que vous vivez en ville. Même un tout petit Chihuahua a besoin d'une visite chez le vétérinaire une fois par an et certaines personnes ne peuvent assumer ce surplus de frais.  Et si votre situation financière se détériorait, qu’arrivera-t-il ? Ça aussi, il faut y penser.

 

NUMÉRO 9 : SEREZ-VOUS LÀ POUR LUI TOUTE SA VIE ?

 

Certains membres de la famille sont-ils allergiques ou ont-ils des problèmes de santé qui pourraient s’aggraver avec la présence de l’animal ? Si vous devez vous absenter, connaissez-vous quelqu’un de confiance pour le garder ?

Analysez objectivement votre mode de vie. Avez-vous souvent de la visite ? Serez-vous extrêmement dérangé si votre animal ronge des meubles ou des objets, voire fait ses besoins au mauvais endroit ? Toutes ces choses font partie du quotidien, surtout au début. Un animal, c’est parfois autant de travail qu’un enfant dans une maison.

Nous avons parlé avec Chris Bedell de Pet’s Sake Animal Rescue et voici ce qu’il nous a mentionné : «Nous aidons  les gens à réaliser que l'adoption d'un animal de compagnie est un peu comme l'adoption d'un enfant. C’est un engagement à long terme qui ne doit pas se faire sur un coup de tête, et encore moins comme un cadeau pour un ami ou une connaissance qui ne l’aura pas choisi.» Quant à Paws United Dog Rescue, voici ce qu’ils mentionnent : «N’adoptez pas d’animal si tous les membres du foyer ne sont pas 100 % d’accord avec l’idée. Cela peut causer beaucoup de stress inutile au chien et à la famille. Nous voulons nous assurer que chaque personne qui sera impliquée dans la vie de ce chien le veut vraiment. Les animaux mis en adoption méritent une maison pour la vie, pas un foyer temporaire. Rendre un chien après l’avoir adopté est difficile pour tout le monde.»

Pourquoi parle-t-on souvent de parents, même pour un animal ? Parce que cet animal en question fera partie de la famille à part entière et vous tiendrez compte de lui dans vos décisions. Serait-il juste de bannir le chien chaque fois que votre cousin allergique vous rend visite ? Quand vous partirez en week-end, le laisserez-vous seul avec un bol d’eau et de la nourriture? Ça peut se faire avec certains chats, mais certainement pas avec un chien. Et même si vous le faites, oui, il vous pardonnera et vous fera la fête à votre retour mais voulons-nous vraiment des animaux pour ne pas tenir compte de leurs besoins ?

 

NUMÉRO 10 : AVEZ-VOUS FAIT DES RECHERCHES ? 

 

Avez-vous fait des recherches complètes sur l’animal que vous envisagez d’adopter ? Et par recherches, je n’entends pas aller visionner des vidéos adorables sur YouTube. Je parle de recherches sérieuses. C’est sûr que bien des animaux peuvent faire fondre notre coeur juste à les regarder. Et si l’on rêve de tel ou tel animal depuis son enfance, on ne se pose peut-être pas assez de questions le jour où l’on décide de se l’offrir. Mais gardez à l’esprit que tout n’est pas toujours rose et qu’une personne avisée en vaut deux, même quand on a trouvé l’animal qui nous convient. Le manque de recherches et d’informations est la cause principale d’abandon d’animaux. Keyria Lockheart, bénévole à Last Hope Cat Kingdom ainsi qu’Heather, de Black Dog Second Chance nous l’ont confirmé, ainsi que tous les refuges que nous avons contactés dans le cadre de la préparation de cet article.

C’est bien beau de faire des recherches, mais des recherches sur quoi ?

Nous avons parlé à Daisy de Daisy’s Animal Rescue League et voici ce qu’elle nous conseille de vérifier :

 

-Quels sont les avantages et les inconvénients de cet animal ?

-Quels sont ses besoins ?

-Y’a-t-il des habitudes de toilettage ou de soins à respecter ?

-Comment est sa santé (certains animaux présentent des problèmes médicaux qui leur sont propres) ?

-Quel est le tempérament de la race en général ? Quelle est celle du chien en particulier ?

-Comment l’animal agit-il avec les enfants ?

-Quel est son niveau d’énergie ?

-Quels sont ses goûts ?

-Quelles sont les choses qu’il pourrait détester ou qui peuvent lui faire peur ?

-Quels sont ses antécédents médicaux ?

-Est-il castré et vacciné ?

-A-t-il une micropuce ?

-Un test cardiaque a-t-il été fait ?

 

Assurez-vous de toujours avoir accès au dossier médical et prenez les coordonnées du vétérinaire. Vous pouvez aussi demander des références pour un bon dresseur. Soyez conscient que certaines races sont plus sujettes à des problèmes de santé en particulier et qu’il n'y a aucune garantie que l'animal qui a conquis votre coeur restera câlin et parfait comme au premier jour. Tout peut arriver, c’est un être vivant ! Nous en reparlerons dans un prochain article de notre Guide de la parfaite adoption.

 

Nous pourrions mentionner encore de nombreux points auxquels il faut penser. Mentionnons rapidement ceux-ci, que nous a rappelés Eugénia de Animal Defense League of Texas : ne donnez pas un animal en cadeau, assurez-vous que le responsable de l’animal n’est pas trop jeune, ne prenez pas possession d’un chien militaire, si vous devez déménager, assurez-vous que votre animal pourra vous suivre, etc.

 

Nous espérons que cet article vous aidera à prendre des décisions éclairées. Sentez-vous libre de vous exprimer sur le sujet ! Chaque personne qui partage son expérience aide les actuels ou futurs propriétaires d’animaux. Laissez vos commentaires ci-dessous ou sur notre page Facebook. Et si vous ne voulez rien manquer de notre actualité et des dernières nouvelles ainsi que toutes les infos du Guide de la parfaite adoption, inscrivez-vous à notre infolettre et soyez le premier au courant par courriel ! Pour toute question ou commentaire, contactez-nous ! À bientôt !

 

 


Article précédent Article suivant

0 commentaires

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés